Chiba 2017 : Réactions de la Master Class

Muroya enchaîne les victoires

Yoshi vainqueur !

Quelle course ! Et que de surprises, de déceptions, de pylônes et de DNF ! Yoshihide Muroya vient de remporter uen deuxième victoire d'affilée et a tenu les quelques 55 000 fans qui s'étaient massé le long de la baie de Tokyo en haleine. Voici le retour des pilotes de Master Class à la fin de cette journée.

1er Yoshihide Muroya
« On est vraiment ravis de cette deuxième victoire à Chiba, et je tiens à remercier tout le monde pour son soutien. J'ai eu de la chance, mais au final les autres pilotes aussi ont fait des erreurs. Il reste 5 courses, donc il faut qu'on continue sur cette lancée. Notre organisation est plutôt bonne et il faut qu'on reste sur cette tactique et sur nos stratégies pour continuer à avancer et continuer à gagner. »

2e Petr Kopfstein
« C'est incroyable, je n'arrive toujours pas à y croire ! Deux Tchèques sur le podium, c'est génial. On a vraiment bossé dur pour arriver jusque-là, c'est top. Je ne savais pas que du coup j'étais 4e au classement. Aujourd'hui on a eu un peu de chance mais on a été réguliers et les autres ont commis des erreurs, mais ça arrive. On est vraiment contents, ça fait vraiment du bien. »

3e Martin Sonka
« Je suis assez mitigé : je devrais être super content d'être sur le podium mais c'est bête après une semaine où tout se passe bien et où on est vraiment rapides de faire une erreur aussi stupide en finale, hyper décevant. Il faut que je me calme un peu ; ça va nous faire perdre des points au classement, mais ça reste quand même un podium. Le vent a clairement joué un rôle aujourd'hui parce qu'il soufflait à 90°, et où que vous soyez dans le circuit, ça vous dévie. Il fallait rester hyper concentré pour calculer chaque manœuvre. »

4e Matthias Dolderer
« Ça a été une super journée et c'était un superbe run. Dommage, j'aurais fait un super temps net. Je suivais bien ma trajectoire et je pense que c'est le vent qui me met dedans. Il faut que je revoie la vidéo. Bien sûr, ça m'énerve et il faut qu'on analyse d'où vient mon erreur. Ça se joue à quelques centimètres dont il faut juste qu'on se penche sur cette petite portion du circuit. Maintenant, il faut se tourner vers Budapest et tirer profit au maximum de cette course. »

5e Michael Goulian
« Honnêtement, je suis vraiment très déçu. Entre nous dans l'équipe, on se l'est déjà dit : si on perd une course, mieux vaut la perdre comme ça. On a fait un des meilleurs chrono de la journée, et le deuxième meilleur du Round of 8. Ça aurait été la manche la plus rapide du Final 4 donc quand tu tombes contre Martin comme ça et qu'il pilote aussi bien, un 10e de seconde fait toute la différence entre zéro et héros. On a passé la semaine à monter les échelons. On n'arrêtait pas d'aller de plus en plus vite. Et malgré la pression on a assuré. Je suis vraiment content des nos performances, l'équipe et moi, mais il faut un peu de chance aussi et c'est ça qui nous a manqué. Mais on va y arriver, hors de question de lâcher l'affaire. »

6e Matt Hall
« Je suis content de mon vol et que ce soit Yoshi qui ait gagné, mais pour être honnête je ne vois pas où je commets mon erreur et je ne pense pas que ça vaille une pénalité. Si on pouvait contester les décisions, on le ferait. Je commence à m'habituer à mon nouvel avion. J'ai bien piloté et c'est un résultat mérité. Jusqu'ici la saison ne se déroule pas exactement comme je l'aurais voulu et il va falloir qu'on modifie encore un peu l'avion, mais vivement Budapest. »

7e Pete McLeod
« Le vent s'est levé un peu pendant le Round of 8 mais je ne sais pas si c'est vraiment de là que vient le problème. Je pense plutôt que ça vient du circuit. On a vu des dizaines de pénalités à cause des G à cet endroit et malheureusement aujourd'hui c'était pour moi. Notre avion marche de mieux en mieux et on fait des performances vraiment régulières. Il faut que j'arrive à oublier ce problème de G et que j'avance. Si on veut rester compétitifs, il faut toujours être borderline. Au passage d'une porte, ça passe toujours limite. Mais on repart de cette course avec plein d'enseignements. »

8e Kirby Chambliss
« J'ai dû partir un peu trop cool lors du Round of 8 et Petr a su gérer la pression. Je sais que normalement ça passe, mais il faut envoyer quand même, pas se laisser aller et rester rapide. Et puis il y a une part de chance aussi, je crois que je me prends une bourrasque. Et puis on a tous tiré trop de G à cet endroit, mais au moment où tu t'en rends compte, c'est déjà trop tard. »

9e Mikael Brageot
« Ça a été une semaine géniale, on a une super machine qui fonctionne hyper bien. On a apporté quelques réglages au Skyracer et ça semble bien fonctionner. Hier c'était vraiment top, les essais et les qualifications se sont bien passés. Aujourd'hui on tombe contre Sonka et c'était un honneur puisque c'est lui le plus fort. C'est jamais facile mais on reste confiants pour la suite. On gagne deux points supplémentaires et il faut qu'on continue comme ça à chaque course. On finira bien par arriver en finale ! »

10e Juan Velarde
« Ça a été une journée très frustrante. On a analysé le vol d'hier et on a modifié notre trajectoire mais ça n'a pas fonctionné. J'étais content de mon run mais surpris du chrono. Porte 4 j'ouvre ma trajectoire mais ça me ralentit et ça me coûte cher. Après, vu la proximité avec la ligne de sécurité Porte 3, il fallait que je corrige ma trajectoire.  Du coup aujourd'hui pendant mon run je n'arrêtais pas de penser au DQ que j'avais pris en essais libres. »

11e François Le Vot
« Pendant le Round of 14 tout a été très cool. Pete n'est pas un adversaire commode, mais j'ai fait un bon run. Je n'avais rien à perdre et je me suis vraiment fait plaisir. C'était mon dernier vol avec mon vieux V2. Là, après 3 ans, je sais exactement ce que j'attends de l'avion et de moi-même et je suis content de ce qu'on a réalisé. L'avion a toujours été lent après avoir tiré beaucoup de G. À Budapest je vais tout reprendre à zéro. Pour l'instant j'essaie de régler mon nouvel avion pour l'adapter à mon pilotage, mais ça demande énormément de travail et je ne suis pas sûr d'arriver en Hongrie au top. Pas grave, on s'adaptera. Apparemment ce nouvel appareil absorbe mieux l'énergie mais il faudra confirmer ça entre les pylônes. »

12e Peter Podlunšek
« Survirage Porte 7, mais je ne m'en suis pas rendu compte. On sait qu'on est hyper rapides, mais quand tu pilotes contre 13 des meilleurs pilotes du monde, tu passes pas avec 2 secondes de pénalité. Le circuit n'était pas si terrible, mais ce sont les vents tournants qui ont compliqué les choses. Les Portes 5, 6 et 7 n'étaient pas faciles à gérer mais à part ça le track était vraiment faisable. »

13e Nicolas Ivanoff
« Je commets une erreur au passage de la porte. Je suis trop bas entre les pylônes, du coup je tire pour remonter et je prends la pénalité. Les pépins se sont succédé toute la semaine : ça tabassait un peu, mais quand on se sent bien dans l'avion c'est pas grave. Pour cette course je n'ai pas réussi à me sentir à l'aise aux commandes.

14e Cristian Bolton
« On est partagés, mais on est contents d'avoir réalisé un run propre, c'était vraiment notre premier objectif. Le seul moyen de battre Matthias est d'éviter la moindre erreur. Mais quand j'ai vu le chrono, je me suis dit "Il se passe un truc". On a observé les données préliminaires et on était plus rapides que Matthias dans la manœuvre à la verticale, mais après on commence à perdre de la vitesse et je n'avais plus le temps de remonter. L'avion peut toujours être amélioré. Notre avion est le plus lent ou un des plus lents, mais si tu ne pilotes pas correctement, même avec le meilleur avion de la terre, tu ne feras jamais un bon chrono. Donc il faut bosser et sur l'avion, et sur le pilote. »