Kopfstein : je n'en reviens toujours pas !

Petr Kopfstein revient sur son incroyable 2e place à Chiba

Kopfstein à la fête avec Muroya

Cela faisait un certain temps que les initiés du Red Bull Air Race prédisaient que Petr Kopfstein monterait bientôt sur le podium. Le Tchèque leur a donné raison à Chiba : son pilotage tout en douceur a payé le mois dernier au Japon où il s'est invité sur la 2e marche, à peine 0,558 s derrière Yoshihide Muroya.

En termes de souplesse et de précision, on compare le pilotage de Kopfstein à celui du triple champion du monde Paul Bonhomme, et le pilote tchèque n'a pas volé sa victoire à Chiba, non sans mal. Lors de son premier duel contre Muroya en Round of 14, le héros local boucle son run en un incroyable 55,590 s. Plus lent que de 0,007 s, Kopfstein accède au tour suivant en tant que perdant le plus rapide.


Il affronte ensuite Kirby Chambliss en Round of 8, mais l'Américain tire trop de G, permettant à Petr, qui ne commet aucune erreur, de se qualifier pour la finale. En Final 4, Kopfstein décolle le deuxième derrière Muroya mais ne parvient pas à le battre. Restent Dolderer et Sonka à passer, le Tchèque semble condamné à se contenter de la 4e place. Mais c'était sans compter sur les erreurs des deux pilotes qui perdent de précieuses secondes et qui permettent l'un après l'autre à Kopfstein de monter sur le premier podium de sa carrière en Master Class. « C'est incroyable, je n'arrive toujours pas à y croire ! Deux Tchèques sur le podium, c'est génial. On a vraiment bossé dur pour arriver jusque-là, c'est top », se réjouissait Kopfstein en descendant de son cockpit.

« C'est une super victoire pour toute l'équipe. On espérait réaliser des temps réguliers mais on n'imaginait pas un podium. En même temps, on a eu un peu de chance aujourd'hui. Et puis, j'apprécie particulièrement Chiba : j'ai gagné ici en Challenger Class il y a deux ans », ajoute-t-il.

Le circuit s'est avéré difficile pour la plupart des pilotes du Red Bull Air Race, mais Kopfstein avait bien préparé l'étape : « C'était un tracé vraiment technique, comme je les aime, avec différentes trajectoires possibles et tant que je n'étais pas dedans, pas moyen de savoir laquelle était la plus rapide. On a énormément volé avec le simulateur mais on a dû modifier notre tactique pendant le run à cause du vent », explique le pilote.


Dépassé par le fait d'être sur le podium, Kopfstein n'a pas tout de suite réalisé sa progression fulgurante dans le classement général du championnat. « Je ne savais pas que du coup j'étais 4e du championnat du monde, on est vraiment hyper contents. » Et quand on lui demande s'il lui arrive de penser au titre, le pilote reste sur la réserve : « Le titre ? Je ne pense pas. Pour l'instant on se contente de ce qu'on a », conclut-il.