Circuit

Plus d’infos sur les circuits du Red Bull Air Race

Tracé d'Abou Dhabi, 2014.

Les circuits aériens spécialement conçus pour le Red Bull Air Race ne ressemblent à aucun autre. Ce sport qui mêle vitesses vertigineuses et vol à basse altitude peut se dérouler au-dessus des eaux, comme par exemple le long de la splendide Corniche d'Abou Dhabi, ou au-dessus des terres, avec notamment le circuit mondialement connu de L'EuroSpeedway de Lausitz en Allemagne. Une chose est sûre, les plus belles séries aériennes du monde se déroulent toujours dans des lieux à couper le souffle.

La plupart des étapes du championnat du monde se déroulent dans des lieux de renommée mondiale, où les pilotes ont souvent fort à faire face aux éléments : chaleurs extrêmes, vents changeants et autres typhons... Mais cela fait, aussi, tout l'intérêt des courses du Red Bull Air Race !

Les circuits mesurent en moyenne 6 km et sont balisés par des portes aériennes, matérialisées par des pylônes gonflables définissant le tracé. Développés en 2002, ces derniers ont connu plusieurs évolutions pour finalement acquérir le design sophistiqué actuel.

Les pilotes entament le circuit entre deux pylônes matérialisant à la fois le départ et l'arrivée, et doivent s'affranchir de plusieurs portes intermédiaires. Le but est de manœuvrer pour passer entre les deux pylônes formant la porte – en gardant les ailes de l'avion à l'horizontale – et de slalomer sur une série de trois virages en chicane matérialisés par des pylônes individuels. Enfin, l'une des extrémités du circuit comprend généralement une manœuvre aérienne verticale. Les pilotes doivent donc voler entre les portes, slalomer aussi rapidement et efficacement que possible, le tout sans jamais dépasser 10G, au risque d'être éliminés.

Les portes aériennes jouent un rôle essentiel dans le Red Bull Air Race, mais elles doivent aussi remplir un cahier des charges complexe et contradictoire : elles doivent être à la fois suffisamment délicates pour se déchirer au moindre contact avec un avion, mais assez robustes pour rester en place quelles que soient les conditions météorologiques, notamment en cas d'orage et de vent violent.

Les premiers pylônes cylindriques respectaient le premier critère – et ont été à ce jour améliorés plus de 30 fois afin d'être encore plus facilement déchirables – mais ils restaient trop instables en cas de vent. La réponse à ce problème est arrivée en 2009 avec l'apparition de ventilateurs extrêmement puissants fonctionnant à la fois grâce à des moteurs électriques et des moteurs à essence. Ces ventilateurs ont été installés à la base des pylônes pour stabiliser et optimiser la pression d'air.

De forme conique depuis 2004, les pylônes ont mesuré 20 mètres jusqu'en 2014, après quoi la hauteur a été augmentée pour atteindre 25 mètres. Leur forme a elle aussi été revue de manière à rendre les bords intérieurs droits, créant une fenêtre de vol parfaitement rectangulaire.